Sur les traces de l’innovation

Le monde des idées s’est, à multiples reprises, confronté à des débats sur l’innovation : « qu’est-ce que l’innovation ?», « quel est son but ?», « doit-il y avoir une limite à l’innovation ? », etc. 

Nous tenterons alors de détailler brièvement les différents éléments d’innovation dont nous sommes aujourd’hui les héritiers, tout en dégageant les grandes étapes à la fois conceptuelles et idéologiques de ce débat qui, aujourd’hui encore, fait l’objet de nombreuses réflexions et confusions.

Dans l’opinion commune, on a paradoxalement tendance à penser que l’innovation est à la fois un tremplin d’évolution et de régression. D’évolution d’abord, parce quel’innovation nous permet de toujours tendre plus vers la connaissance, la pratique et la technique. Mais aussi de régression, car l’innovation nous pousse à la dépendance de ce que, justement, nous mettons au point : on parle par exemple aujourd’hui du

téléphone portable comme extension de l’homme.Et il en va de même pour bien d’autres objets : voitures, robots… en quelques sortes, certains pensent que l’innovation déshumanise, au sens strict ou physique du terme. C’est d’ailleurs ce que certains craignaient il y a des siècles : Lucrèce, dans un immense poème intitulé De natura rerum (De la nature) suppose et tente d’expliquer en quoi le progrès technique engendré par la découverte et la maîtrise du feu par l’homme conduira à l’avènement d’un cataclysme final. En effet, la maîtrise du feu a rendu possible la fonte des matières, notamment des métaux, mais a aussi permis à l’homme de se nourrir autrement, de se maintenir dans un confort certain en hiver, gardant pour lui la chaleur que le feu dégage, et même de se situer dans le temps : il n’était dès lors plus question de limité son activité au lever et coucher du soleil… Enfin, le feu et sa maîtrise ont, à la fois, permis à l’homme d’améliorer ses conditions de vie et d’INNOVER. La fonde des métaux précédemment évoquée a apporté les armes, qui elles ont permis la conquête, qui elle a engendré l’esclavage et l’élaboration de défenses… et ainsi de suite. En vérité, nous pouvons tout à fait déduire que notre société actuelle (et plus particulièrement le confort dans lequel nous vivons depuis le début de notre vie) est l’héritage de la découverte des différents usages de cet élément. Bien que nous observons aujourd’hui des progrès impressionnants en prenant du RECUL sur notre histoire, l’opinion demeure toujours divisée sur cette funeste prédiction. Certains pensent que nous courrons droit au mur, d’autres pensent que « l’on n’arrête pas le progrès », d’autres encore pensent que nous n’avons jamais finit de nous perfectionner, et qu’à la rencontre de quelconque échec ou phase de régression, il faut en tirer argument pour soutenir que l’homme ne va qu’en progressant vers un monde toujours meilleur(peu importe les problèmes moraux que cette attitude en vigueur des événements pose.).

L’innovation a ensuite été observée dans différents domaines (attention, pas d’ordre chronologique ici mais d’importance): nous avons eu les mathématiques et notamment le nombre zéro ; mais avant, il eut fallu l’écriture, (cf Erec et Enide, premier roman français recensé, rédigé par Chrétien de Troyes en 1170 qui lui-même a engendré l’invention des registres littéraires -épique ici-). Puis très vite, nous avons observé la création du système de l’argent dans la plupart des sociétés. Ailleurs en Grèce antique, on élaborait des thèses qui avaient pour but de trouver de manière définitive et objective ce qu’aurait dû ou pu être une société juste (cf Platon, La République –Aristote, Les Politiques). Les sociétés qui tentaient d’expliquer la réalité au moyen d’entités fictives commencèrent alors à développer de nouveaux en se consacrant à l’exercice de la raison : nous procédons alors à l’élaboration de la science et à une explication rationnelle de tous les phénomènes. On invente l’imprimerie au XVe siècle, on s’apprête donc à pouvoir diffuser le peu de connaissances et de recherches que l’on a (à l’époque et pour l’époque). La Renaissance connaît un renouveau artistique dans bien des domaines : la littérature, l’art… On pense d’ailleurs à Léonard de Vinci et la plupart des idées qu’il eût façonné,d’ordre révolutionnaire à la fois pour l’époque dans laquelle il vivait mais encore aujourd’hui.

Et c’est d’ailleurs peu après cette période que le monde des idées joue un rôle majeur :Descartes révolutionne le monde de la science, bientôt les termes« humanisme », « modernité », et « innovation »ne sont plus évoqués les uns sans les autres. D’autres auteurs de référence comme Thomas Hobbes, Jean-Jacques Rousseau, Emmanuel Kant, révolutionnent la pensée commune en s’appuyant sur leur époque pour tenter d’expliquer de manière rationnelle non plus seulement les phénomènes mais aussi les événements (i.e. non pas ce qui« apparaît », mais ce qui « arrive » comme par exemple les guerres, les failles des systèmes politiques, etc…) Et c’est alors que le XVIIIe siècle observe un essor d’innovations : on rédige l’encyclopédie,on part à la recherche et à la conservation de l’être avec la division des sciences humaines : l’ethnologie permet dès lors de réaliser que les différentes sociétés dont celles étant en dehors de l’occident développent des systèmes similaires : la hiérarchie, le vêtement, etc. Kant élabore un moyen dit « objectif » de discerner l’injuste du juste, et prétend avoir résolu le problème éthique par l’exercice de l’impératif catégorique divisé en seulement 4 maximes, omniprésent dans la plupart des systèmes juridiques occidentaux à l’heure actuelle. Auguste Comte justifie cet impératif comme étant le paroxysme de la civilisation en expliquant le décalage de progression entre les sociétés par une thèse nommées « la loi des 3 états », qui consiste à comparer le développement d’une société à celle d’un individu. D’autres graines de génie éclosent : dans la musique, dans l’art pictural,il est désormais question de s’adresser à l’Homme.

Puis, l’industrie apparaît, la condition de l’homme n’est plus centrale dans la question du développement de la société dans le monde des idées : on pense capital,développement économique, relations internationales… Le monde des idées n’est plus en repli sur soi mais pense grand : le Manifeste du Parti Communiste rédigé en 1848 par Karl Marx témoigne d’une nouvelle conception d’une société juste. D’autres encore, tenteront de ramener l’Homme au centre d’attention du monde des idées : Sigmund Freud, Carl J. Jung, Alain, Sartre, Wittgenstein, Heidegger… On développe vite, mais on se rend alors compte que le développement est rendu efficace quand il tend à ne plus reproduire les erreurs du passé : on fouille alors dans le passé, on débute l’archéologie aux Etats-Unis au tout début du XXe siècle, on traduit les textes, on diffuse les différentes idées. Mais pas toujours à de bonnes fins.Les conséquences de l’industrie plongent vite les pays en conflits, ainsi que les philosophies : on les déforme, on se sert des recherches déformées qu’elles contiennent pour justifier des propos et des actes… Bientôt, la philosophie Nietzschéenne est mise au service du nazisme pour justifier la Shoah (cf Ainsi parlait Zarathoustra, mise en scène du nouveau testament parodié par la conduite de l’inventeur du manichéisme, Zoroastre. Pour différencier l’homme qui vit heureux et l’homme qui vit malheureux, Nietzsche emploie deux termes : faible et fort. Et qualifie le peuple juif de« faible », d’« inférieur ». Non pas par antisémitisme mais simplement pour traiter de la condition humaine dans ce qui est de la religion. « Comment peut-on être heureux et vivre quand on ne sait faire la vraie part des choses entre le« bien » et le « mal » ? ». Cette philosophie a été utilisée à de mauvaises fins par Adolf Hitler, en prétendant que PARCE QUE Nietzsche était considéré comme « philosophe », « savant »,« instruit », la phrase « le juif est faible et inférieur »-détournée de son sens initial et sortie de son contexte– correspondait à une vérité INDENIABLE). La science est dès lors mise à contribution par la Shoah désormais« justifiée » : on pratique et expérimente sans scrupule sur la valeur morale même de ces actes sur une population, puis on développe bien d’autres choses : Zyclon B, Bombe H, magnétisme… tristement, nous voilà conduits à soutenir que la guerre et les totalitarismes sont de grands moteurs à l’innovation.

Enfin, on explique-en recentralisant l’Homme au cœur des débats- pourquoi de telle sorte il agit dès les années 60 : c’est ce que font par exemple les scientifiques de l’expérience de Milgram. (cf : Expérience faite en 1963, ayant consisté à mettre des individus lambda en situation de soumission à la pression de l’ordre -symbolisée par le conditionnement de la rémunération-, devant poser des questions à un individu enfermé dans une pièce en face dont il n’a la vue. Il sera chargé d’infliger à l’individu des décharges électriques de puissance croissante si ce dernier ne sait répondre correctement aux questions posées.

 A l’insu des personnes mises en situation, la personne sensée être interrogée n’était bien-sûr pas reliée à des éléments qui auraient pu lui livrer des décharges électriques allant jusqu’à 200V. Conclusion de l’expérience : il a été établi qu’environs 80% des personnes observées auraient, dans un cadre réel en dehors de l’expérience, finit par tuer l’individu interrogé. Il eut été fait un rapport entre cette expérience et les suppositions de La Boétie dans son Discours de la servitude volontaire.)

 Le monde des idées est donc de nouveau sollicité,les populations s’éveillent. Il faut développer toujours plus :l’industrie est relancée, dans tous les domaines, et nous pensons très vite à toutes les dimensions du développement telles que le développement économique,social, mais aussi durable…

Enfin, en observant bien, l’innovation est chose relancée dès que l’homme n’est plus au centre de la pensée. Elle est rendue possible par ce fait même : dès qu’il ne se sent plus le sujet même des études qu’il mène, il se questionne sur comment le (re)devenir ; et l’innovation se trouve être le modèle d’action adopté à chaque fois que cette décentralisation eût lieu…

Plus clairement, l’innovation fût un moyen employé à de maintes reprises pour justifier le fait que l’on eût voulu recentrer l’homme au cœur de la pensée lorsqu’il se trouvait perdu ailleurs : dans la guerre, dans la recherche,dans les tensions…


Elisa Leblay

Actuellement en première année de Licence en Philosophie, je tenterai d'apporter ma graine dans ce projet en étudiant les problèmes liés à l'éthique de l'Innovation. Passionnée d'arts picturaux en tout genres, de littérature, de musique, de voyage, et bien sûr, de philosophie.

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search