L’innovation comme processus humain

Peut-on parler de processus exclusivement humain lorsque l’on parle d’innovation?

L’innovation dérive-t-elle du génie humain? Ou bien n’est-elle que faits et choses qui patientent d’être découverts par l’homme? Autrement dit, l’innovation n’est-elle que préexistante et découverte, ou bien est-elle purement humaine? En ces mesures, il semblerait que l’innovation soit en tout genre un processus humain… 

Pourtant, dans l’opinion commune, on a paradoxalement tendance à penser que l’on peut, et que l’on ne peut pas parler de processus exclusivement humain lorsque l’on parle d’innovation.

A première vue, on pourrait d’abord se demander comment l’innovation pourrait-elle, plutôt, ne pas être humaine ? C’est-à-dire,comment pourrait-elle ne pas dériver de l’intention, de l’acte humain,puisque l’homme est tout autant celui qui en est à l’origine que celui qui en est le sujet. D’un autre côté, si l’innovation n’est pas en soi humaine,c’est-à-dire si elle n’est 
qu’un élément à l’origine d’une avancée ou d’une révolution lorsque ce dernier est découvert par l’homme, alors peut-on parler d’innovation ? Ou devrions-nous alors parler de l’élément comme préexistant ? Car, dans ce cas, il pourrait donc paraître insensé de parler d’innovation : si cette dernière ne relève que de la découverte, alors cela présuppose qu’elle pré existe bel et bien à sa découverte. Elle ne se présente pas d’elle-même à l’Homme comme chose nouvelle, mais se présente à l’Homme en cela qu’elle est désormais découverte.        

Mais ce dilemme n’est pas la confusion centrale du problème que nous voulons résoudre. Il n’est pas question d’établir l’existence et la justification du terme d’innovation, mais de ce qu’il implique ou non : commençons donc d’abord par explorer l’idée que l’Homme puisse être innovateur.

De ce fait, l’Homme devrait-il déduire de la révolution générée par sa découverte qu’il est un innovateur ? Si oui, alors doit-on également le considérer responsable, voire coupable des conséquences engendrées par sa découverte ?

Il y aurait donc bien à prendre en compte un facteur non négligeable dans l’innovation, à savoir les conséquences qu’elle engendre, et les conditions ayant été nécessaires à sa découverte et/ou à son élaboration.

On sait bien par exemple que les remèdes médicaux ont, au préalable, dû être testés sur des êtres vivants pour être établis et déclarés comme remèdes, tout autant que l’on sait que tout remède peut avoir des effets néfastes sur celui qui en bénéficie, puisque ces derniers furent observés sur les êtres vivants mis au service de l’élaboration du remède. On retrouve donc cette double dimension dans chaque découverte, on pose un dilemme à chaque patient, chaque client lorsqu’on leur attribut un remède. On préviendra des effets néfastes d’une chimiothérapie à une personne atteinte d’un cancer, on évoquera les dangers non négligeables que comportent la prise de la cure antiacnéique Roaccutane, on inscrira au dos des produits de beauté les risques de réaction cutanée etc. Pour autant, le patient, le client, peu importe le degré de risque d’éventuels effets néfastes que comportera ce qu’il s’apprêtera à prendre, ne renoncera pas à la prise de son remède : la fonction première de sa prise importe plus que les conséquences qu’elle peut engendrer derrière.

Ici donc, peut être reconnue une certaine forme d’inertie,de dangerosité : doit-on passivement accepter tous les risques que comporte l’usage d’une découverte / d’une élaboration simplement parce qu’elle promet d’atténuer et/ou d’anéantir un ou plusieurs maux ?

Appliquons maintenant ce comportement à tout type d’innovation et à plus grande échelle : pourrions-nous accepter passivement toute conséquence engendrée par la révolution d’une innovation,simplement parce que cette dernière porte le nom d’innovation et promet une avancée dans le domaine dans lequel elle fut découverte / établie ?

Ainsi donc, comment soutenir que l’innovation peut se prétendre solution à un problème (en supposant qu’elle le puisse et que son élaboration soit muée par l’élaboration d’une solution) lorsqu’elle en engendre d’autres dans sa suite ? Nous serions donc entraînés dans l’articulation d’une régression à l’infini : si une innovation se trouve être la solution d’un problème en en posant un autre, alors elle s’annule comme telle et en appelle une autre qui à son tour, engendrera un autre problème etc.

C’est donc un nouveau problème qui se pose : si l’on veut parler d’innovation, ne devrions-nous pas d’abord prouver que son élaboration n’est pas continuelle ? Auquel cas elle ne serait pas innovation mais simple avancée…


Elisa Leblay

Actuellement en première année de Licence en Philosophie, je tenterai d'apporter ma graine dans ce projet en étudiant les problèmes liés à l'éthique de l'Innovation. Passionnée d'arts picturaux en tout genres, de littérature, de musique, de voyage, et bien sûr, de philosophie.

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search