Qui peut-on considérer responsable dans une innovation?

La fois précédente, nous nous étions attardés sur un problème d’ordre linguistique à propos de l’innovation. Mais de cette confusion nous n’avions point fait un détour qui, pourtant, peut s’avérer crucial dans la démarche de notre recherche, qui rappelons le, porte sur le problème de la responsabilité (civile) que devrait avoir (ou non) l’innovateur à la suite des conséquences engendrées par son innovation.
Si elle n’est qu’une simple avancée, l’innovation porte pour autant et la plupart du temps de multiples conséquences. Et si l’innovateur n’est qu’à l’origine de la découverte d’un fait, d’un objet, d’un remède ou autre, il semblerait qu’il soit (à première vue du moins) difficile de l’affliger d’accusations à propos des conséquences de ses découvertes. D’abord, parce que négative ou positive dans ses conséquences, une avancée reste une avancée. C’est-à-dire que même si elle pose de nouveaux problèmes, elle en résout au moins un également. Ensuite, parce que les conséquences ne sont pas directement liées à l’individu qui découvre un fait, un remède etc. L’individu n’est pas causation de ces conséquences ; ce sont les choses découvertes qui le sont. L’individu n’est donc que corrélation de ces conséquences ; et c’est en cela que nous pourrions clore le sujet en admettant que l’innovateur n’est en aucun cas responsable des conséquences engendrées par la découverte -ou par l’innovation- dont il est à l’origine.
Mais pour autant, n’oublions pas que tout notre raisonnement précédent est fondé sur une supposition. Tant que nous n’avons pas établi la véracité de cette supposition qui deviendrait alors proposition, nous nous devons de nous en tenir au caractère hypothétique de notre raisonnement et refuser de ne pas examiner toutes les possibilités et toutes les réponses qu’appelle notre question.
Maintenant donc, supposons donc le contraire et donc que l’innovation n’est pas nécessairement une simple avancée, mais qu’elle découle en réalité et en toute part de l’innovateur. C’est tout notre précédent raisonnement qui s’effondre : si l’innovateur est en tout point lié à son innovation, alors peut-être pourrions nous dire qu’il est également lié à toutes les conséquences (une nouvelle fois, positives ou négatives) que son innovation engendre. Mais, cela serait très certainement réductionniste, puisque nous serions en réalité amenés à conclure que « l’innovateur, qu’il le veuille ou non, est responsable des conséquences de son innovation ». Mais alors doit-on alors fondamentalement accuser un individu d’être responsable de conséquences dont il n’a peut-être (voire probablement) aucune connaissance au moment où il découvre un fait, un remède etc. (qui plus est, découverte rendue possible au bout de dizaines d’années de recherches ou bien encore « accidentelles » bien que certaines découvertes ne sauraient exister sans la recherche ni par hasard) ?

Et pour autant, est ce parce que l’individu a connaissance des conséquences possibles de son innovation qu’il en est pour autant responsable ? Peut-être qu’il n’y a en réalité aucun autre moyen de résoudre un problème que d’y soumettre une solution posant elle-même des problèmes.
Mais dans ce cas, encore une fois il y a problème : si nous raisonnons ainsi en toutes circonstances, peut-être pourrions-nous être conduits à en conclure invariablement que toute conséquence est justifiée et impossible à éradiquer. Mais dans ce cas, que faire des nouvelles découvertes qui viennent résoudre le problème initial ainsi que les multiples problèmes (ou conséquences) engendrées par la première solution apportée au problème initial ?
Ainsi donc, et de fil en aiguille, nous voilà à retomber sur la corde de ce qui se rapproche fort de l’avancée. C’est dans un raisonnement aporétique que nous voilà, semblerait-il, conduits à conclure que l’innovation est en réalité une avancée, et qu’au moyen du raisonnement par l’absurde que nous venons de mener (en supposant au préalable que l’innovation n’était pas une avancée). Ainsi donc, semblerait-il qu’il soit nécessaire de conclure que l’innovateur ne doit pas, fondamentalement, être pris pour responsable des conséquences engendrées par son innovation.
Cependant, dès lors que l’innovateur reste passif quant aux conséquences qu’engendre son innovation, il alors immédiatement du devoir de tous d’en répondre. L’innovateur qui considère son innovation comme “achevée” et qui de ce fait, abandonne toute recherche sur le sujet ou objet produit, peut et doit être considéré comme responsable des conséquences de son innovation. En d’autres termes, peut-être pourrions nous dire que l’innovateur qui abandonne son innovation en devient fondamentalement responsable: partant du principe qu’on ne peut détacher l’innovation de son innovateur, c’est donc à ce dernier que revient également la responsabilité de tenter de résoudre les problèmes que pose son innovation, au delà du fait que son innovation ait, auparavant, résolu un autre problème.
Toute la question réside désormais dans le fait de considérer ou non qu’un innovateur qui échoue à résoudre les problèmes que pose son innovation en demeure responsable et par extension punissable.
Et, si l’innovateur demeure incapable de résoudre ces problèmes, alors peut-être devrions nous cesser de partir du principe que l’innovation ne peut être détachée de son innovateur. Et dans ce cas, peut-on alors parler d’innovateur sinon d’ouvrier à l’innovation?
Plus loin encore, peut-on alors parler de responsabilité dans ce qui est du domaine de l’innovation?


Elisa Leblay

Actuellement en première année de Licence en Philosophie, je tenterai d'apporter ma graine dans ce projet en étudiant les problèmes liés à l'éthique de l'Innovation. Passionnée d'arts picturaux en tout genres, de littérature, de musique, de voyage, et bien sûr, de philosophie.

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search