Peut-on parler de servitude numérique ?

La question du rapport que la vie politique et sociale entretient avec l’objet numérique est l’une des questions essentielles de notre monde contemporain. En effet, les objets numériques sont tout autour de nous, nous englobent dans leur généralité et le discours ambiant tend à nous pousser vers un usage toujours plus exclusif du « numérique » (quand bien même cette substantivation au singulier peut paraître réductrice1 ). Ces objets numériques ne sont pas simplement les produits de nouvelles méthodes de travail, de nouveaux outils ou de nouveaux savoir-faire. Leur omniprésence dans les rapports intersubjectifs, notamment au travers des réseaux sociaux, les transforme en objets de médiation intentionnelle, aux conséquences tant sociales qu’institutionnelles. Les phénomènes d’accoutumance aux objets numériques, auxquels la psychologie a attribué des noms tels que la nomophobie, le FOMO ou encore l’athazagoraphobie, ne sont pas que les symptômes possibles des individus, mais renvoient plutôt à une évolution des pratiques telle qu’elle indiquerait un nouveau rapport aux autres au travers des objets numériques.
Or, il est impossible de faire l’impasse sur la propriété de ces objets numériques. Ils appartiennent à des entreprises qui font commerce des données que les utilisateurs produisent, de sorte que ces groupes vivent de la ressource produite par d’autres. Toutefois, leur rôle n’est pas uniquement ce lien de redistribution des contenus de tiers. Par le biais d’algorithmes de recommandation, de mise en avant de contenus, les plates-formes numériques visent aussi à provoquer un certain type de comportements chez leurs utilisateurs. Il ne s’agit pas simplement d’une médiation, au sens où les plates-formes seraient de simples passe-plats, mais aussi d’une incitation permanente à la production de contenus ou à la consommation de certains types de contenus. Cette incitation permanente permet à ces plates-formes de reformer en permanence le vivier de données qui leur permet de réinjecter dans le système les nouvelles données après valorisation. Finalement, c’est la question de la part de liberté des utilisateurs qui est à interroger. Les utilisateurs des plates-formes sont-ils libres dans la production de leurs contenus sur les réseaux sociaux ? Quelle est l’influence de la collecte valorisée des données ? Ce système de plates-formes dépasse-t-il le seul cadre économique ? Sommes-nous en état de servitude numérique ?

Les conditions de la servitude

Poser la question d’un état de servitude impose d’abord de regarder quelles sont les conditions qui doivent être réunies pour que l’on puisse parler de cet état. Pour cela, nous nous appuyons sur l’analyse d’Étienne de La Boétie, dans le Discours de la servitude volontaire. La Boétie y décrit non seulement le mécanisme d’accession au pouvoir, mais surtout comment le pouvoir tyrannique se maintient dans sa domination. Une part non négligeable de la solution dépend de la manière dont le tyran organise sa domination en s’appuyant sur des soutiens qui sont ses « tyranneaux ». Pour que la tyrannie puisse se maintenir, il faut que le tyran agisse avec ses aides en leur transférant une part du pouvoir qu’il détient. Or, cette part transférée fait d’eux les complices de sa domination injuste. Le texte du Discours décrit de la sorte une pyramide du pouvoir qui s’articule autour de niveaux d’influence qui s’organisent en fonction de la part de pouvoir héritée, mais aussi autour de la pratique de l’injustice, considérée du point de vue de l’intérêt de chaque détenteur d’une portion de pouvoir. Et c’est le nœud de la domination vue par La Boétie : la transmission du pouvoir est insuffisante en elle-même si l’intérêt individuel de chaque tyranneau n’est pas le lien qui maintient le système en place. La Boétie nous décrit ainsi une pyramide du pouvoir dont le liant est l’intérêt de chacune des strates de pouvoir. Le système de servitude repose ainsi sur la diffusion des pouvoirs nécessaires à l’atteinte des intérêts de chaque couche de la pyramide : ceux du conseil rapproché du tyran, ceux d’une administration en charge de mettre en place les décisions du tyran, ceux du peuple enfin, par un système fin de hiérarchisation et d’inégalités justifiées. Et c’est ce dernier point qui assure la stabilité de l’ensemble, qui constitue la base même de l’édifice. La servitude est volontaire en ce que le peuple, qui pourrait n’avoir que des raisons de se plaindre d’un système d’injustice organisée, reçoit lui aussi l’assurance de pouvoir atteindre les intérêts à sa mesure. La hiérarchie fine, c’est celle des contremaîtres sur les ouvriers, des professeurs sur leurs élèves, des gradés sur les soldats du rang, etc. et dont Foucault, dans « Surveiller et punir » a donné une explication complémentaire. Parce que chacun, dans le peuple, est occupé à assouvir son intérêt propre, l’attention est détournée de l’injustice fondamentale qui traverse le système, de sorte que la servitude n’apparaît plus comme perte de la liberté, mais comme un gain, la possibilité même de s’assurer une place dans la hiérarchie sociétale.
Pour qu’il y ait servitude, il faut donc d’une part que le peuple soit maintenu dans un état de privation totale ou partielle de sa liberté, autrement dit, que le peuple n’ait pas le choix de ses comportements sociaux et politiques. Mais pour que cet état se maintienne, il faut aussi que cette absence de choix soit acceptée par le peuple, acceptation sociale que La Boétie fonde sur l’atteinte d’objectifs individuels liés aux intérêts, la volonté de rester servile. Nous voyons donc que les intérêts du tyran et de ses complices et ceux du peuple n’ont pas besoin d’être convergents : le peuple n’accepte pas la tyrannie elle-même, mais accepte une organisation sociale et politique telle qu’elle lui permet d’atteindre ses intérêts, qu’elle laisse latitude à adopter des comportements individualistes et injustes. L’intérêt du tyran et de ses complices, c’est que le système perdure, pour profiter des jouissances du pouvoir : renommée, prestige, argent, etc. Les intérêts se vivent pleinement dans les strates de la pyramide, tandis que le pouvoir se distille dans l’organisation. Privation de liberté, partage du pouvoir, intérêts individuels, telles sont les conditions pour que la servitude puisse perdurer et devenir volontaire.

Le système des plates-formes

Si nous voulons établir la possibilité d’une servitude numérique, il faut donc nous interroger sur l’existence d’un système tel que les conditions de la servitude soient réunies : perte de liberté, partage de pouvoirs et intérêts individuels. Or, il nous semble que la description du philosophe sarladais nous éclaire sur l’existence d’un tel système. En effet, le monde numérique repose sur une organisation dans laquelle nous pouvons retrouver la stratification pyramidale fondée sur l’intérêt. Seulement, là où les intérêts étaient peut-être évidents dans une organisation dont le sommet est le politique, la structure est différente dans la possible servitude numérique. Dans le monde globalisé d’invention récente, ce ne sont plus les politiques qui sont au sommet de la pyramide des intérêts, mais les groupes d’intérêts économiques. Autrement dit, alors que dans le système de La Boétie, le politique était celui qui impulsait la direction du gouvernement du peuple, dans le système numérique, ce sont les grands groupes numériques, tels que les GAFAM et NATU (acronymes de Google – Amazon – Facebook – Apple – Microsoft et Netflix – AirBNB – Twitter – Uber). Ce sont ces groupes qui donnent cette fois l’impulsion au fonctionnement du système numérique, en dictant les règles d’un marché économique dont l’ambition dépasse le simple cadre mercantile.
En effet, le principe de fonctionnement des plates-formes est simple : elles se présentent comme facilitatrices des relations entre des groupes particuliers, par exemple les personnes cherchant un moyen de transport et les chauffeurs particuliers (comme les VTC). En cela, elles assurent un rôle de lien entre des groupes susceptibles de ne pas entrer en interaction du fait de l’ignorance de l’existence des uns et des autres. Mais l’intérêt des plates-formes n’est pas exclusivement dans cette mise en relation tarifée. Il réside dans la possibilité de récolter au passage de nombreuses données sur les groupes mis en relation. Or, les dispositifs techniques de l’économie numérique permettent de tracer les individus dès leur première interaction avec les plates-formes. Par le moyen de cookies, par exemple, c’est-à-dire de fichiers de stockage d’informations sur les terminaux des utilisateurs, c’est bientôt tout l’historique de navigation qui est récupéré. Or, cet historique de navigation en apprend bien plus sur l’internaute que le simple besoin d’un véhicule. Ce sont ses habitudes intimes qui sont récoltées, révélant ses centres d’intérêt, des données de localisation, les sites marchands fréquentés, les produits consultés, les réseaux sociaux utilisés, la fréquence de tous ces usages, etc. C’est soudainement l’ensemble de la vie numérique d’un individu qui se retrouve happé par les plates-formes numériques, leur permettant de constituer une base de données des individus contenant des informations non seulement sur des comportements bénins, mais aussi, potentiellement, sur les travers inavouables des internautes. Tout cela est aspiré pour stockage par les plates-formes.
Ce sont ces données qui sont utilisées pour effectuer, au travers d’algorithmes, le profilage des internautes. Cette classification est d’abord utilisée à des fins commerciales : pouvoir personnaliser l’expérience d’un utilisateur de services en ligne, pouvoir lui proposer des publicités qui l’intéressent plutôt que d’autres qui pourraient le laisser de marbre. Ce sont ces données qui font l’objet d’une économie florissante entre publicitaires et plates-formes, que s’arrachent tous ceux qui sont mus par l’intérêt mercantile et le formidable champ d’application qu’est l’Internet. Les réseaux sociaux fournissent de ce point de vue un nombre important de données, les utilisateurs pensant n’avoir d’autre audience que leurs amis et connaissances. En réalité, toute donnée partagée sur les réseaux sociaux est d’importance : la liste des amis, le nombre d’interactions avec tel ou tel, le degré de participation, la manière de débattre. Tous ces éléments constituent une manne pour catégoriser les individus en classes définitives qui peuvent être revendues aux annonceurs. C’est ainsi que nous voyons sur nos murs de réseaux sociaux des contenus personnalisés, des recommandations de profils, des publicités en rapport avec nos centres d’intérêt exprimés sur les réseaux.
Seulement, cet usage commercial de nos données est en réalité l’arbre qui cache la forêt d’usages autrement plus inquiétants. Le fonctionnement des plates-formes est basé sur l’appropriation de toutes les données que l’utilisateur ne protège pas, c’est-à-dire dont il ne bloque pas explicitement l’accès. Autant dire que, à voir le peu de cas que nombre d’internautes, souvent par ignorance, font de leurs données, tout est accessible. Mais surtout, ce qui est accessible ne l’est pas une fois, mais jusqu’à ce que quelque chose ou quelqu’un y mette un terme. La réactualisation permanente de ces données est l’un des enjeux majeurs des plates-formes qui cherchent à nous faire revenir sur leurs sites ou applications, de sorte qu’à chacune de nos connexions, les données sont rafraîchies. D’où les notifications permanentes qui, non contentes de nous rendre dépendants de nos applications, sont autant d’opportunités pour récupérer nos données. Toutefois, grâce à la réactualisation, ce ne sont pas seulement nos états ou humeurs du moment qui se révèlent, mais surtout une progression, un processus historique de nos habitudes et de nos intérêts. Par ce système de collecte, les plates-formes peuvent constituer des bases de données de notre évolution subjective, un traçage de nos vies.
Que penser alors, lorsque nous voyons nos adolescents, ou plus jeunes encore, surfer sur toutes ces applications sans penser à mal ? Les plates-formes happent dès leurs tendres années les informations constitutives de leurs subjectivités. C’est dire que le traçage tend au fichage de chaque individu, dès lors qu’il est en mesure d’utiliser un téléphone portable, à la constitution d’une source de données telle, que c’est l’ensemble de sa vie qui se trouve stocké dans des bases inconnues et indéterminées, pour des usages qui lui échappent complètement. Il n’y a qu’un pas à faire pour comprendre pourquoi la pression à l’usage de ces dispositifs numériques est chaque jour un peu plus forte. Mais plus encore, les plates-formes visent maintenant à acquérir des données sur la manière dont se constitue l’intelligence des enfants, notamment au travers des cours et autres activités dites pédagogiques en ligne. Cette fois, ce ne sont pas à des préférences ou à de petits travers auxquels s’attaquent les plates-formes, mais au processus même d’apprentissage de chaque individu. En traçant les hésitations, réponses aux tests, vitesse de décision, progressions, en faisant varier (sous couvert de personnalisation) les conditions d’expériences des apprentissages, c’est le processus lui-même que l’on vise et que l’on stocke. Les données récoltées permettent alors un fichage précis des activités de la petite enfance : les scores aux tests, les difficultés de compréhension, les profils d’élève, etc.

La difficile question du choix

Les élèves ont-ils le choix de participer à cette collecte massive de leurs données ? Pouvons-nous déclarer nos impôts comme nous le voulons ? Est-il encore possible de contacter une administration ou un prestataire de services directement de vive voix ?
À ces questions, nous ne pouvons que répondre par la négative. Non seulement les plates-formes nous incitent, par le moyen d’une économie du plaisir, à revenir entre leurs serres, mais en plus, elles émettent un discours dit d’innovation tendant à faire croire qu’en dehors d’elles, il n’y aurait pas de modernité. Ce discours, nous le retrouvons dans la société comme le parangon des comportements actuels. Tout doit être numérique, depuis nos démarches administratives jusqu’à notre communication avec nos amis. Rien ne doit plus sortir du moule de l’automatisation et de l’ordinateur. Il est aisé de comprendre l’intérêt que représente la mise en conformité numérique de nos comportements : chaque interaction avec un dispositif numérique laisse des traces, des données qui sont autant d’informations qui font l’objet de traitements par les plates-formes. Et le discours autour de l’importance de la numérisation, souvent appelée la révolution numérique, pousse chaque utilisateur, au nom de la facilité, de la rapidité, du caractère pratique, à s’inféoder un peu plus à ces dispositifs, non pas pour eux-mêmes, mais pour le bénéfice des plates-formes. Dans les activités professionnelles comme dans les activités quotidiennes, le dispositif numérique apparaît comme le seul modèle de comportement acceptable. Ainsi confions-nous à nos téléphones mobiles le soin de compter nos pas quotidiens, de nous rappeler nos rendez-vous chez le médecin ou avec nos amis, de nous avertir dès lors que se produit quelque chose susceptible de nous intéresser. Tout est mis en œuvre pour que nos comportements deviennent numériques et donc prédictibles.
Tout ? Oui sans doute, car même les administrations étatiques s’emparent du discours de ces nouvelles entreprises qui affichent des taux de croissance astronomiques et contribuent à réduire le choix d’action des citoyens : école numérique, dématérialisation des procédures, subventions à l’économie numérique, invisibilisation des activités hors numérique. Pour quelques promesses d’emploi (dont dépendent aussi les possibles réélections), nous assistons à la transformation de nos vies au profit des plates-formes numériques. Au final, dans la vie professionnelle, citoyenne ou individuelle, il est impossible de ne pas être renvoyé à un écran, à un dispositif numérique, à une plate-forme qui s’empare de nos données. Cela restreint nos capacités d’action, d’interaction avec le monde qui nous entoure en le médiatisant par des plates-formes qui, qu’elles soient étatiques ou économiques, ne peuvent afficher de neutralité vis-à-vis des données récoltées.
C’est de plus un système d’assuétude qui est mis en place au travers des dispositifs numériques, via l’apprentissage scolaire ou professionnel, mais surtout, par la mise en place d’une véritable économie du plaisir dont la manifestation la plus remarquable est le système de notifications qui nous rappellent à intervalles réguliers que c’est par les applications de nos téléphones que nous obtiendrons des doses de plaisir. Il suffit de remarquer, dans les bus ou métros, sur les quais des gares ou au café, avec quel contentement nous contemplons nos écrans de téléphone à peine déverrouillés. L’activité numérique ne s’adresse pas à notre intelligence ou à notre rationalité : elle s’adresse d’abord à nos sens, à nos pulsions de plaisir de sorte que notre comportement soit dicté par ces passions élémentaires.
Nous voyons donc que le système de servitude numérique se met en place : le comportement numérique est incontournable, les intérêts sont identifiables et la pérennité de la servilité est assurée par l’acceptation sociale fondée sur le plaisir.

Réguler pour sortir de la servitude numérique ?

Pour répondre à cette question, il faut d’abord nous interroger sur la valeur des tentatives de régulation et par exemple, celle du Règlement Général sur la Protection des Données mis en œuvre en 2018 dans les législations des pays membres de l’Union Européenne. Le principe général de cette réglementation est fondé sur l’information des utilisateurs des dispositifs numériques d’une part, et d’autre part sur leur consentement, supposé éclairé par l’information préalable. Un utilisateur d’un dispositif numérique doit être informé de la nature des données collectées lors de sa navigation et des traitements qui sont réalisés avec ces données. Par la suite, c’est à l’utilisateur d’autoriser totalement ou partiellement la collecte et le traitement. Depuis la mise en œuvre de cette réglementation, nous avons vu fleurir les fenêtres d’information et de consentement dès lors que nous abordons un site internet. Grâce à un parcours complexe, certes légal mais bien peu incitatif, l’utilisateur peut espérer apprendre un certain type de fonctionnement quant à ses données. Pour autant, l’information est le plus souvent vague : on indique que des données sont récoltées, sans certitude quant à l’exhaustivité de l’indication, les partenaires éventuels utilisant les données et à quelles fins. Néanmoins, la manière précise dont les données sont traitées au travers des algorithmes n’est pas précisée, sans doute, le plus souvent, au nom du secret industriel relatif au traitement. Savoir que nos données de localisation, nos historiques de navigation, la liste de nos sites favoris, le type de nos ordinateurs et les configurations de nos navigateurs, sont récoltés à des fins publicitaires ou statistiques ne nous indiquent pas pour autant la nature des traitements réels, les présupposés algorithmiques (les biais) qui nous spécifient dans nos existences, les catégorisations qui sont réalisées de nos profils et l’éventuelle revente à des tiers non identifiés de nos données consolidées.
C’est toutefois à notre responsabilité que nous sommes renvoyés quant à l’usage de nos données. En effet, dès lors que nous sommes censés être informés, la responsabilité d’un accaparement des plates-formes sans notre consentement se retourne vers nous : c’est nous qui donnons ou non l’accès à nos données. Qu’importe que l’information soit parcellaire, qu’elle ne suffise pas à connaître la totalité de l’usage, éventuellement par rebonds, de nos données. Si nous consentons, nous autorisons tous les traitements même indirects concernant nos données. Prenons un autre exemple : le CAPTCHA. Ce dispositif sert à authentifier un internaute, à vérifier qu’il n’est pas un robot. Il s’agit alors de cliquer sur des images, par exemple de signaux routiers dans une grille de plusieurs images. Ce dispositif peut sembler anodin et c’est pourtant une acquisition de données en vue de servir un intérêt qui dépasse le seul cadre de l’authentification puisqu’il s’agit en réalité de fournir des données catégorisées pour entretenir les intelligences artificielles de Google. Autrement dit, comme l’a montré A. Casilli dans son ouvrage « En attendant les robots » (PUF, 2019), il s’agit d’un travail gratuit réalisé par les internautes au compte de la firme de Mountain View. Peu d’internautes savent qu’en réalisant cette tâche anodine en apparence, ils sont en réalité victimes d’un vol de données ou d’un vol de travail. Pourtant, cette méthode d’authentification ne tombe pas sous le coup du RGPD, pas plus que la nébulosité des informations données aux internautes concernant le traitement de leurs données n’est source de non-conformité, sauf aux cas extrêmes. Que dire de ces sites qui nous demandent par ailleurs d’accepter en bloc tous les traitements de données pour accéder au service proposé ? Des boutons d’information qui ne fonctionnent pas ? Des prises en compte inefficientes des consentements partiels ?
Tous ces exemples démontrent que la régulation présente des failles importantes dès lors qu’elle cherche à entériner, en l’encadrant, une pratique douteuse (il suffit pour autre exemple de nous souvenir des régulations multiples en France concernant le financement des partis politiques). Or, s’il est une raison majeure à l’inefficacité de la régulation, c’est que les politiques font partie de la pyramide des intérêts numériques, autrement dit, pour parler comme La Boétie, qu’ils sont complices des tyrans. L’action politique, telle qu’elle est aujourd’hui conduite, ne cherche pas la remise en cause d’une pratique particulière, mais seulement son encadrement, le plus léger possible, selon le dogme de la régulation par les marchés. En quoi va-t-il de soi que l’économie numérique devrait être fondée sur la récolte sans limite des données ? Sur le calcul de profils sociologiques ou économiques des internautes ? Pourquoi ne pas envisager d’autres formes de modèles économiques, comme celui de Qwant.com qui ne récolte pas de données personnelles ? En quoi la personnalisation des services devrait-elle être le Saint Graal de la modernité numérique ? À ne pas remettre en cause les principes d’une pratique injuste, les politiques participent de l’injustice et la régulation n’est le plus souvent qu’une entrave bien légère face aux plates-formes et à leurs intérêts. Pour preuve, les dérives possibles de la justice digitale2 ou encore des algorithmes bancaires3 qui, par la récolte de données, cherchent à rendre prédictible tout le spectre de l’existence humaine. Un système fondé sur la récupération des données et leur utilisation par calculs intentionnels ne saurait conduire à autre chose qu’une forme de servitude pour les utilisateurs, qu’à une privation de leurs libertés fondamentales, à une société de contrôle telle que le décrit Deleuze.

Dès lors, l’existence d’une servitude numérique ancrée dans la société ne fait guère de doute. Fondée sur une acceptation basée sur l’assuétude au plaisir, servant des intérêts dont les principaux pourvoyeurs n’ont pas connaissance, la servitude numérique se complaît dans les complicités diverses qui lui permettent de se maintenir en place. Appuyée par un discours de l’innovation qui cherche à culpabiliser ceux qui s’y opposent, la servitude numérique vise à prédéterminer nos comportements personnels comme collectifs afin que, prédictibles à souhait, nous reconnaissions que nous n’avons pas de liberté et que le déterminisme numérique est de toute façon inéluctable. Lutter contre une telle servitude implique de montrer que les mécanismes à l’œuvre ne sont pas irrémédiables, qu’ils n’ont de pérennité que parce que nous le voulons, le désirons par notre dépendance aux plaisirs qui nous sont fournis. Du pain et des jeux pour tromper notre vigilance d’humains libres et faire taire notre aspiration naturelle à la liberté, c’est la récompense de notre servitude numérique, tout comme elle l’est des servitudes politiques. Seule une remise en cause des fondements mêmes de cette servitude, du système institutionnalisé de vol de nos productions, de nos traces, de nos données est susceptible de mettre à bas le tyran numérique.

  1. Marcello Vitali-Rosati, « Le numérique n’existe pas. », Culture numérique, 5 novembre 2014. https://blog.sens-public.org/marcellovitalirosati/le-numerique-nexiste-pas/ []
  2. Voir à ce sujet Antoine Garapon et Jean Lassègue, Justice digitale : révolution graphique et rupture anthropologique, Paris, PUF, 2018. []
  3. Voir encore Cathy O’Neil, Algorithmes : la bombe à retardement. Traduit par Sébastien Marty. Paris, Les Arènes, 2018. []

Vous aimerez aussi...

1 réponse

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search