“Coup de gueule” matinal

Depuis mars 2020, il est certain que notre vie quotidienne s’est transformée. À la vie “normale” (comprenez ici “habituelle”, celle que nous avions toujours vécue) s’est substituée une vie de confinement. Un temps, nous avons même pu croire à l’avènement d’un monde nouveau, différent, pas radicalement différent, mais suffisamment pour que des questions jusqu’à lors dédaignées puissent enfin trouver réponse : environnement, démocratie, libertés fondamentales, etc. Un élan réel semblait se dessiner dans la société civile, une vague semblant pouvoir emporter le politique dans le mouvement et mettre au pas l’économique dans de nouvelles directions.

Seulement ces velléités ont été douchées, de bien des manières. D’abord, le travail n’a pas complètement cessé. S’il a été perturbé pendant quelques semaines, de nouvelles formes de travail ont vite été adoptées, comme le télétravail. Pour la plupart des métiers dits de première ou seconde ligne (admirez au passage le vocabulaire martial que le politique a voulu que nous embrassions), rien n’a changé, sinon des conditions de travail encore plus dégradées, en regard de quoi certains ont pensé que des applaudissements suffiraient à témoigner d’une reconnaissance générale, oubliant en un claquement de mains les problèmes sociaux et politiques posés depuis des années sur ces métiers, de la reconnaissance salariale à la casse des statuts, à l’introduction d’un “néo-management” assassin et d’une mise en concurrence bien souvent déloyale. Infirmiers, enseignants, caissiers : tous ces métiers en crise avant même la crise se sont révélés encore plus en crise une fois la crise venue… N’oublions pas tous ceux dont les métiers, empêché d’être exercés, ont connu les pires difficultés sociales, malgré des systèmes d’aide mis en place, sans même parler du désœuvrement, parfois bloqués dans des appartements trop petits, sans distraction possible, sans même parfois la possibilité de tuer le temps en se cultivant.

Pour ceux qui ont adopté, plutôt de force que de gré, de nouvelles méthodes de travail, hybrides, télétravail à 100%, une nouvelle forme du travail s’est développée. D’abord, lorsque l’on doit aller chaque matin à l’usine ou au bureau, le travail s’impose physiquement, dans nos chairs, comme une sujétion évidente mais que nous considérons avec fatalisme : il faut aller gagner sa croûte, bon gré mal gré ; il n’y a guère le choix. Mais soudain, il fallait se lever, faire quelques pas jusqu’au bureau, volontairement. Nous sommes devenus, le temps d’une crise, comme nos propres patrons, obligés de nous auto-contraindre à nous assujettir à nos patrons. Nous avons découvert un monde du travail où, quasi devenus auto-entrepreneurs, nous avons dû nous “responsabiliser”, nous “motiver”, rester “focus” sur des objectifs que nous nous fixions nous-mêmes. Nous nous sommes auto-contrôlés, sur nos horaires, nos tâches, sans profiter de nos “chez nous” comme de véritables lieux de vie. Non, tout au contraire, nous avons reproduit chez nous la pression de contrôle qui d’habitude s’exerce par la société, en l’occurrence, les collègues qui voient à quelle heure nous arrivons et partons, si nous sommes en train de buller sur internet ou si nous sommes réellement en train de bosser. Habitués à un panoptique assujettissant, nous l’avons reproduit chez nous, travaillant et nous contrôlant nous-mêmes, dans un esprit de “responsabilité” (il est vrai aussi que les discours managériaux disant que dans ces temps difficiles, nous pouvions au moins être contents d’avoir un boulot, rémunéré normalement… ou comment le néo-management n’utilise la question sociale qu’à son propre intérêt) ; et sans pourtant que cesse la surveillance par les autres.

Toutes sortes de choses nouvelles sont alors apparues dans la modification de nos comportements de travail, dont le recours accru aux outils numériques : visio, outils “collaboratifs”, réseaux sociaux d’entreprise, messagerie instantanée d’entreprise, etc. ; chacun de ces outils nous a servi d’auto-contrôle (il faut bien être disponible ou connecté sur les messageries instantanées pour montrer que nous sommes au travail) et de surveillance externe. Ainsi, “managers”, chefs de projet, RH : tout le monde pouvait surveiller, grâce au statut de nos messageries instantanées, grâce à notre promptitude à répondre aux sollicitations de ces outils ou des courriels, grâce à nos caméras qui laissaient pénétrer notre intimité par des yeux extérieurs que nous n’aurions sans doute jamais invité à contempler nos intérieurs physiquement, que nous étions au travail, devant notre poste, et pas en train de faire la vaisselle ou de tondre la pelouse ; non, que nous étions bien dans la position auto et hétéro-contrôlée de l’assujettissement total au travail, à l’employeur. Et pour cela, rien de tel que les outils numériques dont l’usage existait déjà depuis longtemps, mais dont la pénétration dans nos habitudes de travail était ralentie, toujours repoussée par l’importance prépondérante du réseau social de la machine à café, de l’imprimante ou de la cantine. Cette fois, la bascule fut totale et le champ de bataille social balayé en un claquement de doigts par le solutionnisme technologique. En l’espace de quelques jours, les outils numériques de contrôle sont devenus la règle de nos activités en télétravail, remplaçant les tableaux blancs devant lesquels nous nous expliquions avec nos collègues sur une stratégie, une architecture, une formule etc., les feuilles de papier que nous pouvions encore déposer sur le bureau d’un collègue absent pour lui passer de l’information et même les éclats de voix des désaccords ou les protestations sociales en entreprise.

Bien entendu, pour les tenants d’une économie qui devrait diriger l’ensemble de nos existences, les outils numériques ont permis de dépasser le cadre de la crise en nous permettant de rester actifs, de contribuer, par notre travail, à la pérennité de notre système social, à la grandeur de la France ou encore bien d’autres raisons secondaires. Mais nous pensons que ce n’est pas cela que les outils numériques ont produit. Notre travail, nous l’aurions accompli sans eux, ou du moins, sans une partie d’entre-eux ou sans la généralisation de nouvelles pratiques de travail. Ce qu’ils ont produit car c’est leur nature profonde dans l’économie de la donnée, c’est un contrôle plus strict de nos habitudes et manières de travailler, c’est l’introduction de nouvelles habitudes par une double décision, hétéronome et autonome, c’est l’accélération de notre servitude numérique.

D’abord parce que ces outils, issus des mêmes firmes que nos smartphones, nos ordinateurs, nos tablettes, sont aussi issus du même moule de l’économie de la donnée, expression policée pour parler en réalité du vol de nos informations personnelles (et à ce titre si joliment nommées des “données”) et du viol de nos intimités. Chaque fois que nous réalisions la moindre tâche sur nos ordinateurs, que nous griffonnions numériquement le moindre croquis pour expliquer  un point à un collègue via un outil de visioconférence et de partage d’écran, nous produisions de l’information utile pour ces firmes, et nos entreprises ou administrations, pour produire notre contrôle de demain, voire notre remplacement par des agents numériques autonomes. Toute cette plus-value de l’humain en tant qu’être social a été réduite à des séries de 0 et de 1 sous la forme de traçage comportementaux. Alors que nos vies privées étaient passées au crible au travers des réseaux sociaux et de la surveillance de nos téléphones ou ordinateurs personnels, c’est notre vie professionnelle qui a basculé – définitivement sans doute – dans le traçage comportemental et le contrôle numérique.

Ensuite, et c’est sans doute le pire, parce que nous avons appris à aimer notre geôlier numérique. Eh oui ! C’est tout de même bien pratique de pouvoir se voir en vidéo alors qu’on est empêché de se voir physiquement ! C’est tout de même pratique aussi de pouvoir interrompre un collègue à coup de skype ou what’sapp sans se poser de question à tout moment (alors que nous aurions peut-être hésité à s’approcher de son bureau en le voyant concentré sur une tâche ou que le dérangement se serait soldé par un tour à la machine à café). Privé du contact direct avec l’autre, nous avons appris à apprécier d’être dégagé de certaines formes sociales de contact, de discussion et même de politesse élémentaire. Aux formules alambiquées mais polies pour solliciter quelque chose auprès de quelqu’un s’est substitué le dramatique “merci de” ; à la place des babillages sociaux du type “comment ça va ? et la famille ? Le week-end était bon ?”, la demande directe relative à son besoin, parfois oublieuse de la moindre formule d’introduction, comme le “bonjour”. Nous sommes devenus comme les consommateurs, les clients des propres solutions qui nous asservissent numériquement ; avec plaisir et envie. Le dernier pan de notre existence qui résistait encore à la surveillance numérique généralisée est tombée et les entreprises veulent aller encore plus loin : généraliser des jours obligatoires de télétravail, ce qui permet d’économiser des mètres carrés d’immobilier de bureau, ajouter de la surveillance numérique sur nos postes de travail au nom d’une facilitation de nos usages, comme des assistants personnels ou des environnements de travail contraints. La solution technique temporaire qui devait nous permettre de passer la crise se transforme en modèle définitif. La crise n’a fait qu’accélérer le mouvement qui était déjà en cours. Les capitalistes ont gagné cinq ou dix ans de démarches sociales et argumentatives ; une véritable innovation destructrice, une disruption qui a fait table rase des volontés des travailleurs.

Alors, mon “coup de gueule” matinal porte sur une nouvelle offensive sur nos vies, cette fois démocratiques. Nos vies privées, nos vies professionnelles : c’est fait ; les entreprises numériques savent tout de nous. Mais il reste un endroit où nous pouvons choisir de faire exactement tout ce que nous souhaitons malgré nos déterminismes sociologiques ou statistiques, malgré les influences diverses de nos réseaux. C’est l’isoloir.

Dans l’isoloir, nous pouvons, au dernier moment, choisir de remplacer un bulletin par un autre, de ne pas en mettre, d’en rayer un et même de s’exprimer sur le bulletin, de mettre une feuille blanche etc. Dans l’isoloir, il n’y a ni caméra, ni surveillant, ni contrôleur, ni objet connecté. Dernier lieu de notre liberté démocratique et individuelle, l’isoloir est aujourd’hui attaqué par le solutionnisme technologique et le pouvoir liberticide qui cherche à contrôler tous les domaines de nos vies. Il est attaqué par le “vote électronique”, en réalité, un vote qui n’est plus si seulement “électronique” mais qui devient numérique.

Quelle différence ? Eh bien, c’est assez simple. Prenons l’exemple d’une calculette. Pas une de ces calculatrices connectées, capables de faire de superbes graphiques, disposant de connexion Wi-Fi, etc. Non, la bête calculette qui permet de faire des petites additions ou soustractions de la vie courante, qui permet de calculer vite fait une superficie ou une longueur, en somme la pascaline, mais dans sa version à piles, celle avec laquelle on peut encore s’amuser à écrire SOLEIL en tapant les chiffres correspondant et en tenant la calculette à l’envers1 . Elle est électronique car elle est d’abord électrique. Elle l’est ensuite car, alimentée par un courant faible, elle utilise des composants miniaturisés qui sont adaptés à ces courants et à l’usage, notamment portatif, de ces appareils. Elle n’est qu'”électronique” parce que, non connectée, résumée à une tâche et une seule, elle n’est pas un système complet multi-tâches et multi-utilisateurs. En ce sens, nous ne la qualifions pas de “numérique” alors qu’elle est sans doute ce qui, dans le monde électronique est le plus numérique possible… Elle est donc un objet technique qui n’a de valeur immédiate que pour celui qui l’utilise, sans que celui-ci ne puisse directement, sans médium supplémentaire, réutiliser le résultat du calcul. Elle est donc à “usage unique”, sans mémoire de l’utilisateur, sans collecte de ses informations. Une urne électronique, ce pourrait ainsi être, dans un bureau de vote, une machine à laquelle nous ne pourrions accéder qu’après contrôle de nos identités, de nos cartes d’électeurs, dans un isoloir, pour appuyer sur le bouton correspondant à notre choix, sans mémoire de l’électeur, sans transmission de données, juste un compteur de voix bloqué pour un vote par électeur. La différence avec l’urne papier ne serait alors pas bien grande et c’est sans doute ce qui explique que ces systèmes n’ont pas percé en France.

Mais cette fois, ce ne sont pas de ces machines à voter dont on parle. L’objectif est de lutter contre l’abstention, comme si elle pouvait être due à autre chose qu’à l’éloignement progressif de la capacité à influer et contrôler la vie politique. Les citoyens abstentionnistes pensent, souvent à juste titre, que les politiques ne viennent devant les urnes que pour obtenir mandat de ne faire in fine que ce qu’ils veulent, sans contrôle, sans démocratie et les exemples des dernières élections de ces, au minimum, vingt dernières années, vont plutôt en ce sens. Dans les causes de l’abstention, selon les commentateurs néo-libéraux, il y aurait la flemme des électeurs, préférant aller se dorer la pilule à la plage ou faire des courses dans les grandes surfaces plutôt que d’aller voter.

Non. Nous ne sommes pas des enfants capricieux dès lors que nous devons être considérés dans nos actes politiques comme le vote. Non, il n’est pas anticitoyen de ne pas aller voter. L’abstention a des facteurs multiples, dont une partie sans doute de flemme, mais peut et doit aussi être considérée comme un acte politique aussi fort que d’aller glisser un bulletin dans une urne. Ce sont les raisons profondes du divorce entre pouvoir autoritaire et acte politique populaire qu’il faut analyser et non les fantasmes de commentateurs politiques dont la légitimité tant intellectuelle que sociale laisse à désirer.

Si l’on nous parle aujourd’hui de vote numérique, c’est plutôt pour imaginer des solutions du type “vote depuis une application de smartphone”, depuis la plage ou le rayon papier toilette du supermarché. Il est bien entendu évident que c’est alors que le citoyen, rappelé sans doute à l’ordre par une notification, fera le meilleur choix démocratique, le plus fondé en raison. Vite fait, en passant. Voilà le nouveau modèle électif que ces personnes veulent nous infliger. Le vote rapide, presque instinctif, réactif, et sans doute dirigé. Car quoi ? Pouvons-nous imaginer une “bête” application de vote où nous ne ferions qu’exprimer un choix ? Non, une application, pour être utilisée, doit être “ludique”, “être désirable”. Il faudra donc que nous puissions y trouver la propagande électorale (puisque les choix de distribution privatisée de cette propagande empêche nombre d’électeurs de la recevoir), des vidéos et pourquoi pas des goodies des candidats. Peut-être même obtiendrons-nous des “badges” relatifs à notre qualité de votant : pour chaque scrutin validé dans une année électorale, nous pourrions ainsi cumuler des points qui nous permettraient d’obtenir un badge de “bon électeur” nous ouvrant ainsi droit à de nouvelles perspectives ou privilèges sociaux, des “nudges”. Et dire que certains critiquent le système de notation sociale chinois !

Notez que je ne parle volontairement pas des risques sur le secret du vote. Bien évidemment, cette question connaît déjà sa réponse. En utilisant des matériels numériques issus d’un système de captation de la donnée (nous préférons parler de vol qualifié d’informations personnelles), il ne fait aucun doute que nos décisions politiques exprimées sur les media numériques seront connues de nos fournisseurs de matériel et de services. Il suffira d’attendre quelques années qu’un lanceur d’alerte l’indique ou qu’une faille soit découverte par un hacker. Et nous aurons alors la joie de voir ces industriels défiler devant des enquêtes parlementaires pour expliquer qu’ils ne sont pas au courant, que c’est un bug, donc pas de leurs fautes et qu’ils donneront en compensation des sous aux orphelins de la police nationale2 . Mais le mal sera fait : des milliers de décisions politiques individuelles auront été collectée et utilisées, serrant encore les mailles du filet dans lequel, inexorablement, un système inique est en train de nous enfermer définitivement.

Le solutionnisme technologique du confinement n’a servi finalement qu’à jouer le rôle d’un accélérateur. Comme dans un incendie, certains produits agissent comme des facteurs aidant à la propagation du feu, la crise du confinement n’a servi qu’à permettre aux tyrans numériques de gagner du temps et d’aller encore plus loin, et pire encore, avec notre assentiment. Demain, les cours seront numériques et pourquoi pas, privatisés ; les votes seront numériques et auront perdu leur caractère démocratique ; le travail sera surveillé et toujours plus contraint ; le droit de manifestation sera circonscrit à une manifestation numérique sur un site dédié du ministère de l’intérieur. Et nous garderons le sourire parce que nous recevrons nos notifications et nos badges ; parce que nous aurons renoncé à tout humanisme et que nous aurons cédé sous le poids de la servitude numérique.

 

  1. nous laissons les lecteurs qui ne connaîtraient pas l’astuce filer dans leur bureau, chercher dans leurs tiroirs la veille calculette solaire oubliée et chercher la combinaison. []
  2. qu’il est par ailleurs très légitime d’aider []

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search