*terrorisme, ou comment les mots définissent le pouvoir.

L’actualité laisse sourdre les mots du pouvoir comme autant d’auto-qualifiants dont l’analyse permet de définir la nature réelle de l’autorité qui s’exerce. En effet, nous entendons régulièrement parler de “cyberterrorisme” ou encore, notamment à l’occasion de la protestation contre les bassines, de l'”écoterrorisme”. Or, il semble bien que cette utilisation révèle deux choses  : la nouveauté des mouvements visés et l’attitude du pouvoir à leur encontre.

En effet, il n’aura échappé à personne que les années 1990 ont vu naître la notion de “prise d’otages” pour tout mouvement social résultant en un blocage, partiel ou généralisé, d’une branche de l’économie ou plus simplement des facilités habituelles en matière de consommation ou de déplacement. Par exemple, le mouvement des salariés de Total revendiquant la décence salariale a été qualifié de “prise d’otages”, les otages étant toute personne devant faire le plein de carburant de son véhicule et ne le pouvant pas du tout, ou pas immédiatement, c’est-à-dire après des heures d’attente. Déjà, l’expression “preneurs d’otages”, pour désigner les salariés en grève et s’emparant de leur outil de travail pour défendre leurs intérêts, nous place d’emblée dans une catégorie d’actes illégaux visant à nuire aux autres. Les victoires sociales seraient alors des formes d’extorsions dont les victimes patronales auraient dû céder pour l’intérêt général d’une population devenue monnaie d’échange. Le preneur d’otages, c’est celui qui, à l’issue d’une action illégale qui tourne mal, se défend derrière ces personnes privées de tout choix ou toute liberté. C’est le cas du dévaliseur de banque qui, une fois son forfait commis, espère pouvoir s’échapper par le chantage à la vie des otages. Ce qui est en jeu, ce n’est pas l’empêchement d’un acte de consommation ou d’un déplacement usuel : l’otage se voit déposséder du contrôle sur son existence même. La comparaison entre la prise d’otages et le mouvement de grève montre bien ses limites. Mais il dévoile par contre la stratégie de communication d’un pouvoir qui cherche à décrédibiliser les revendications de salariés, de nier la légitimité du mouvement social et d’atteindre jusqu’à la réputation même des grévistes. Ce faisant, le pouvoir témoigne de sa prise de position dans le conflit social. Alors que les doctrines libérales devraient conduire à une sorte d’effacement de l’État dans le conflit, il apparaît bien au contraire comme le relais d’une communication violente et particulièrement orientée. Le pouvoir considère alors les grévistes comme des malfrats, capables d’aller jusqu’à priver des innocents de leurs vies pour atteindre à leurs fins. L’État choisit son camp, pour parler comme certain préfet.

J’ai développé dans mon livre à paraître en janvier, Discours de la servitude numérique, aux éditions Otrante, la question du “cyberterrorisme” en montrant comment l’appellation même vise à disqualifier complètement les actions de protestation ou de contestation des hacktivistes. Que font réellement ces contestataires lorsqu’ils “attaquent” un site internet ? Ils ne font que bloquer temporairement l’accès à un site internet. Ce n’est ni plus ni moins qu’un blocage d’un “lieu” tout comme le piquet de grève devant l’usine ne fait qu’en bloquer l’accès momentanément. Mais parce que les enjeux économiques sont particulièrement importants, le vocabulaire se durcit et le pouvoir parle de “terrorisme”. Quelle terreur y a-t-il lorsqu’un site internet est bloqué ? Comment faire la différence entre les actions réellement criminelles, comme les rançongiciels, et la seule protestation qui se dévoile par un procédé technique visant à bloquer l’accès à une cible ? Mais la nuance n’est pas de mise pour un pouvoir qui ne vise qu’à préserver des intérêts particuliers et notamment ceux qui ont trait à la consommation, mais surtout à la surveillance généralisée par les données et même au contrôle social. Pourquoi nuancer puisqu’il n’existe pas encore d’histoire de la contestation numérique ? Il est plus simple de tout discréditer, de tout mélanger pour détourner les citoyens de moyens d’actions adaptés aux flux d’intérêts. Populisme de l’expression pour masquer la prise de position réelle de l’État.

Il en est de même en ce qui concerne “l’écoterrorisme”. Faut-il mettre sur le même plan la projection de soupe sur une vitre, un blocage d’une autoroute, une manifestation autour de bassines et une terreur telle que les citoyens seraient terrés dans leurs caves en attendant une délivrance d’un État fort et libérateur ? À nouveau, il ne faut pas faire dans la demie mesure puisqu’il s’agit de discréditer des mouvements qui s’opposent aux intérêts à court terme des groupes de lobbying ou des habitudes classiques de consommation. En discréditant toute forme d’action issue d’une pensée plus radicale que celle du pouvoir en place (ce qui est rarement difficile), l’État masque son incapacité à traiter la question environnementale au niveau nécessaire. Le pouvoir ferme ainsi toute possibilité d’émergence d’une alternative à l’inaction climatique dont il se rend coupable à chaque décision.

Finalement, ces mots *terrorisme qualifient beaucoup mieux le pouvoir qui en use que la chose en elle-même. Ce pouvoir, inefficace à trouver des solutions aux problèmes réels, incapable de considérer l’intérêt commun plutôt que le particulier pour prendre des décisions utiles pour tous, inutile finalement, témoigne de sa fragilité qui se matérialise par un recours toujours plus constant à la violence (dite légitime par abus de pouvoir !), qu’elle soit verbale ou physique ; un pouvoir plus qu’autoritaire.



Citer ce billet
Dominique Poitevin (2022, 1 novembre). *terrorisme, ou comment les mots définissent le pouvoir. L'innovation en question. Consulté le 23 avril 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/d2x7

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search